Le jeûne et autres moyens pour booster sa concentration

Les meilleurs moyens de stimuler la puissance cérébrale pour des performances optimales sont en réalité plus simples que les gens ne le pensent. Connaissez-vous les 3 qui suivent ?

1. Le jeûne intermittent


Le jeûne intermittent est peut-être à la mode, mais le jeûne n'a rien de nouveau : les principales religions appellent à un jeûne périodique. Cela pourrait avoir à voir avec la façon dont le jeûne affecte le cerveau. La recherche a montré que le jeûne peut aider à éclaircir l'esprit et à éveiller les sens tout en stimulant le fonctionnement du cerveau.


Le principe du jeûne intermittent: vous mangez normalement pendant huit heures par jour, de 9h à 17h par exemple, puis rien à part de l'eau et des infusions pendant les 16 heures restantes. Cela peut être chaque jour, seulement en semaine, ou 2 fois par semaine selon comment vous le sentez.


Se passer de nourriture pendant 16 heures (ce qui peut inclure le temps de sommeil) augmente les facteurs de croissance naturels de votre cerveau qui soutiennent essentiellement la survie et la croissance des neurones de votre cerveau. Les neurones permettent la transmission des informations entre les zones du cerveau et le reste du système nerveux du corps. Ainsi, si vos neurones sont sains et fonctionnent à pleine capacité, les informations seront transmises plus rapidement et plus clairement, ce qui signifie que vous serez plus concentré et que vous pourrez obtenir et stocker des informations plus facilement, améliorant ainsi les performances cognitives.


D'autres recherches ont également montré que le jeûne intermittent peut aider votre "cerveau à éviter les maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson tout en améliorant la mémoire et l'humeur".


Une astuce pour faire facilement 16 heures sans manger est de sauter le petit-déjeuner. Bien que le petit-déjeuner ait été surnommé le repas le plus important de la journée, il n'y a aucune preuve pour étayer cette théorie. Vous pouvez aussi vous lancer en participant à un séjour de jeûne et randonnée par exemple : porté par le groupe, cela paraît simple, c’est la force du collectif. Il y en a de plus en plus dans toute la France.


Il est préférable de consulter son médecin avant d'essayer car cela est déconseillé à certaines personnes, comme les femmes enceintes, les personnes âgées et les enfants.


2. Respiration profonde


Pour calmer l'esprit avant de se lancer dans une situation de travail ou de vie stressante, cinq minutes de respiration lente et profonde peuvent faire toute la différence.


Avant d'aller voir votre patron ou avant une prise de parole en public par exemple, trouvez un endroit pour inspirer lentement par le nez en comptant jusqu'à quatre, puis retenez votre respiration pendant quelques secondes, et expirez lentement par la bouche en comptant jusqu'à quatre.


Faire cette "respiration méditative" deux fois par jour aidera à calmer les neurones de votre cerveau, ce qui aidera également vos pensées à être "plus rapides et plus originales".


Les pouvoirs de stimulation du cerveau par la respiration consciente sont étayés par la recherche : une étude de l'Université de l'Oregon a révélé que seulement 11 jours de respiration consciente pendant une heure chaque jour grâce à une technique appelée entraînement intégratif corps-esprit (IBMT) "induit des changements structurels positifs dans la connectivité cérébrale en augmentant l'efficacité d'une partie du cerveau qui aide une personne à réguler son comportement en fonction de ses objectifs. Une connectivité améliorée entre les différentes parties de votre cerveau a un impact sur la prise de décision, le contrôle des impulsions et la concentration.


3. Être vertical


Tenez-vous debout ou marchez autant que possible au travail.

«Le cerveau est censé être sur un corps vertical et lorsqu'une personne est debout ou marche, cela augmente le BDNF dans le cerveau. Le BDNF est facteur neurotrophique dérivé du cerveau, essentiellement une protéine pour le cerveau : c'est un facteur de croissance. Le BDNF améliore la mémoire et augmente la plasticité du cerveau.


Votre cerveau se nourrit de ces facteurs de croissance qui aident à maintenir la santé des 90 milliards de neurones que les humains ont, ce qui améliore les communications électriques entre eux et donc les performances cérébrales.


Finalement, nous avons déjà chacun en nous ce qu’il faut en eux pour aider le cerveau à mieux performer, sans avoir à chercher ailleurs...





Source: cnbc.com

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout